UCAO/UUT

En février 2000 s'est tenue à Conakry, en République de Guinée une conférence Épiscopale Régionale de l'Afrique de l'Ouest (CEREAO). C'est à cette conférence que les évêques ont pris la décision de créer l'Université Catholique de l'Afrique de l'Ouest (UCAO). Une université en réseau dont chaque pays francophone de l'Afrique de l'Ouest accueillerait une Unité Universitaire. C'est dans cette logique que l'UCAO-UUTà été créée au Togo en 2007.
Ainsi donc, après tant d’années consacrées à la promotion des enseignements primaire, secondaire et technique dans notre pays, l’ église famille de Dieu qui est au Togo a ouvert son Unité universitaire au sein du réseau de l’Université Catholique de l’Afrique de l’Ouest (UCAO). Il s'agit de former de jeunes cadres compétent et pris de valeurs éthique et morale, et capablent de contribuer au progrès de l'Afrique.

L’acceptation et l’appui des Autorités togolaises à l’installation de l’UCAO-UUT se sont traduits dès le départ par l’octroi de l’agrément d’ouverture et de la reconnaissance des diplômes par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche ainsi que par la signature d’un Accord de Siège entre la République Togolaise et l’UCAO d’une part, et de l’attention soutenue du Chef de l’État à l’évolution de l’Institution, d’autre part.

Le site actuel du Campus Universitaire de Sanguéra opérationnel depuis 2007, constitue un lieu de démarrage de l’UCAO-UUT, en attendant la construction du Campus principal prévu à Tsévié où la municipalité a octroyé un grand domaine de 40 hectares pour l’installation de l’UCAO au Togo.

 

Devise de l’UCAO-UUT : Foi, Science et Action
Saint Patron : Saint Augustin

Objectif général de l’UCAO-UUT

Cadre privilégié d'expression du dialogue entre la trilogie foi-raison-esprit, à travers la formation à la recherche de l'excellence pour un développement intégral de l'humain (qui respecte l'environnement biologique, humain, éthique, pluri-religieux et multiculturel des sociétés africaines), l'UCAO-UUT voudrait contribuer et stimuler à l'intégration sous-régionale par son caractère d'unité universitaire inter-ecclésiale et transnationale par la formation de cadres de haut niveau dans les pays de la Conférence Épiscopale Régionale de l’Afrique de l’Ouest (CERAO) avec un accent particulier sur une initiation à une conduite de la vie et des activités puisant l'inspiration dans l'Évangile et dans la doctrine de l'Église catholique romaine

La Conférence Episcopale Régionale de l'Afrique de l'Ouest Francophone (CERAO)

La Conférence Episcopale Régionale de l'Afrique de l'Ouest Francophone (CERAO) a été fondée avec la tenue de sa première Assemblée Plénière (on appelait alors " Conférence Plénière ") qui eut lieu à ANYAMA (près d'Abidjan) les 11, 12, 13 et 14 juin 1963, sous la présidence de Monseigneur Bernardin GANTIN, alors Archevêque de Cotonou.

La deuxième s'était tenue l'année suivante à Dakar (du 03 au 06 juin 1964), toujours sous la présidence de Monseigneur Bernardin GANTIN ; Monseigneur Hyacinthe THIANDOUM, Archevêque de Dakar, en assurait le secrétariat.

Cette Conférence Episcopale Régionale de l'Afrique de l'Ouest Francophone a essentiellement pour but de favoriser la coordination de toutes les activités qui intéressent l'ensemble des Eglises locales, de promouvoir, dans la mesure du possible, une pastorale d'ensemble. Elle regroupe actuellement onze pays de la sous-région : Bénin, Burkina Faso, Cap Vert, Côte d'Ivoire, Guinée-Conakry, Guinée-Bissau, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal, Togo et couvre soixante diocèses.
Son Siège Social est fixé à Abidjan.

Ses statuts ont été approuvés par les Ordinaires de l'Ouest Afrique Francophone en Assemblée Plénière le 06 février 1985 à Lomé (Togo).

La Conférence Episcopale Régionale se réunit en Assemblée Plénière tous les trois ans. Dans les cas urgents, le Président, de sa propre initiative ou sur la demande d'un tiers des membres, peut convoquer en Assemblée extraordinaire la Conférence Episcopale Régionale. Quant au Conseil Permanent, il se réunit chaque année, à l'exception de l'année de la tenue de l'Assemblée Plénière.

Pour être en mesure d'atteindre réellement ses objectifs, la CERAO s'est dotée de treize Commissions et de deux Secrétariats (Enseignement Catholique et Œcuménisme).
Enfin, la Conférence Episcopale Régionale entretient des relations assez suivies avec les autres Conférences ou Associations Episcopales Nationales ou Régionales (AECAWA, AMECEA, IMBISA, CERNA…).

UCAO

Small LogoL’université catholique de l'Afrique de l'Ouest (UCAO), créée en février 2000 à l’initiative des évêques de la Conférence épiscopale régionale de l'Afrique de l'Ouest (CERAO), est un ensemble de huit unités universitaires implantées dans sept pays de la sous-région ouest africaine :

l’unité universitaire d’Abidjan (UUA) (sciences humaines et théologie)
l’unité universitaire de Cotonou (UUC) (agronomie et électronique)
l’unité universitaire de Bobo-Dioulasso (UUB) (agroalimentaire)
l’unité universitaire de Yamoussoukro (UUY) (sciences de la santé)
l’unité universitaire de Conakry (UUCo) (sciences politiques et sciences fondamentales)
l’unité universitaire de Bamako (UUBa) (sciences de l’éducation)
l’unité universitaire de Ziguinchor (UUZ) (économie et gestion)
l’unité universitaire du Togo (UUT) (sciences technologiques)
Le rectorat central est situé à Ouagadougou (Burkina Faso).

L’unité universitaire d'Abidjan (UUA), anciennement dénommée « Institut catholique de l'Afrique de l'Ouest (ICAO) », a constitué le noyau embryonnaire de l’Université Catholique de l’Afrique de l’Ouest (UCAO).

Historique ucao

En février 2000, à Conakry, en République de Guinée, les évêques de la Conférence épiscopale régionale de l'Afrique de l'Ouest (CERAO), lors de leur assemblée plénière, ont pris la décision de créer l’Université catholique de l’Afrique de l’Ouest. Ils rendaient ainsi effectif un projet de longue date. Cette Université catholique de l’Afrique de l’Ouest est un ensemble d'unités universitaires existant déjà ou en instance d’implantation dans la sous-région.

Si les évêques de la Conférence épiscopale régionale de l’Afrique de l’Ouest (CERAO) ont décidé de créer une université catholique en réseau d’unités universitaires, c’est pour répondre aux besoins en éducation et en instruction supérieure de qualité de la sous-région. En effet, l’Église catholique possède une longue expérience confirmée dans l’enseignement primaire et secondaire de qualité dans laquelle elle a été pionnière et demeure le fer de lance. Aussi, pour absorber la demande en enseignement supérieur, une université de qualité s’impose-t-elle, en complémentarité avec les efforts des gouvernements de la sous-région.

Il faut noter également que les pays de la CERAO regroupent une population d’environ 72 millions d’habitants dont les moins de trente ans constituent près de 65 %.

Cadre privilégié d’expression du dialogue entre la trilogie foi-raison-esprit, à travers la formation à la recherche de l’excellence pour un développement intégral de l’humain (qui respecte l'environnement biologique, humain, éthique, pluri-religieux et multiculturel des sociétés africaines), l’UCAO voudrait contribuer et stimuler à l’intégration sous-régionale par son caractère d’unité universitaire inter-ecclésiale et transnationale par la formation de cadres de haut niveau dans les pays de la CERAO avec un accent particulier sur une initiation à une conduite de la vie et des activités puisant l’inspiration dans l’Évangile et dans la doctrine de l’Église catholique.

(Sources : Direction nationale de l’enseignement catholique : D.N.E.C.)

UCAO & LE CAMES

Comme sa consoeur de l’Afrique de l’Est UCAC-ICAM, l’Université Catholique de l’Afrique de l’Ouest (UCAO) offre un large panel de formations d’excellence grâce à ses 7 unités universitaires implantées dans la sous-région. L’UCAO est membre du CAMES (Conseil Africain et Malgache de l’Enseignement Supérieur) qui reconnait ses diplômes, de l’ASUNICAM (Association des Universités et Instituts Catholiques de l’Afrique et Madagascar) et de la FIUC (Fédération Internationale des Universités Catholiques).