Au sein de l’Université Catholique de l’Afrique de l’Ouest (UCAO), l’Unité Universitaire à Abidjan (UUA) anciennement appelée Institut Catholique de l’Afrique de l’Ouest (ICAO), est un établissement international d’Enseignement Supérieur et de Recherche. Elle a pour vocation essentielle l’enseignement et la recherche dans l’ordre des sciences théologiques, humaines et sociales.

Naissance de l’ISCR

L’Institut Catholique de l’Afrique de l’Ouest (ICAO) était, au départ, dénommé Institut Supérieur de Culture Religieuse (ISCR). Il avait été créé pour répondre à un besoin de formation ressenti à la suite de plusieurs sessions organisées en divers pays de l’Afrique de l’Ouest. Inauguré officiellement le 7 mars 1969, l’ISCR avait pour objectif, la formation spécifiquement catéchétique des étudiants. Il avait à sa tête le RP. Jean ORCHAMPT qui deviendra, plus tard, Evêque du diocèse d’Angers en France.

 

En 1970, la CERAO pris la décision de transformer l’ISCR dans le but d’en faire un organe polyvalent capable d’assurer aux étudiants une formation diversifiée et de qualité.

Avènement de l’ICAO

Ainsi, à partir d’octobre 1975, l’ISCR devint ICAO (Institut Catholique de l’Afrique de l’Ouest). Celui-ci est un complexe de trois UER (Unité d’Etude et de Recherche) :

  • une Faculté de Théologie,
  • une Ecole de Catéchèse,
  • un Institut de Pastorale et de Catéchèse

Ce complexe fut inauguré les 14 et 15 février 1976, en présence de Mgr Giovanni BENELLI, Substitut à la Secrétairerie d’Etat, de Mgr Simon LOURDUSAMY, Secrétaire de la Congrégation pour l’Evangélisation des peuples, de plusieurs cardinaux, archevêques et prêtres, de représentants des organismes d’aide, ainsi que des personnalités gouvernementales de la Côte d’Ivoire.

L’ICAO devient l’UUA

La perspective de création d’une Université Catholique, à l’échelle des territoires de la CERAO (Conférence Episcopale Régionale de l’Afrique de l’Ouest), a été exprimée au cours de la réunion du Conseil Permanent de la CERAO de février 1995.

Le principe de création de l’UCAO a alors été adopté par la CERAO au cours de l’Assemblée Plénière de la Conférence tenue à Dakar, du 4 au 9 février 1997.

Lors de son assemblée plénière de Conakry, tenue du 1er au 6 février 2000, la Conférence Episcopale Régionale érige l’Université Catholique de l’Afrique de l’Ouest (UCAO) pour les onze pays de la CERAO (Bénin, Burkina Faso, Cap Vert, Côte d’Ivoire, Guinée Bissau, Guinée Conakry, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal, Togo).

Si les évêques de la Conférence épiscopale régionale de l’Afrique de l’Ouest (CERAO) ont décidé de créer une université catholique en réseau d’unités universitaires, c’est pour répondre aux besoins en éducation et en instruction supérieure de qualité de la sous-région. En effet, l’Église catholique possède une longue expérience confirmée dans l’enseignement primaire et secondaire de qualité dans laquelle elle a été pionnière et demeure le fer de lance. Aussi, pour absorber la demande en enseignement supérieur, une université de qualité s’impose-t-elle, en complémentarité avec les efforts des gouvernements de la sous-région.

L’UCAO ne se trouve pas seulement dans un pays, mais dans un ensemble de pays de la CERAO. L’UCAO est une université décentralisée. Chaque pays abrite une ou plusieurs filières d’enseignement supérieur qui constituent ce qu’on appelle Unité Universitaire. Par exemple, l’Unité Universitaire à Abidjan (UUA).

De plus, l’UCAO ne regroupe pas seulement des facultés ou des instituts ecclésiastiques, mais aussi des facultés ou des instituts d’études profanes.